Ca y est, c'est les vacances ! Enfin presque, parce qu'au moment où je t'écris, je suis encore jeudi soir. Et oui, c'est la magie du blog ça. Tu crois que je viens juste de terminer mon billet et que tu as la saveur de la première lecture, mais en fait non. Juste que j'ai programmé la publi à l'avance. D'ailleurs au moment où tu me lis, je suis bien loin de mon écran. Ouai je sais, c'est moche. C'est ça aussi, Internet.

 

Bref je m'égare. Je disais donc que la quille c'est pour demain soir. Du moins pour moi et pour les enfants. Grandhomme lui est veinard, il en prend pour une semaine de plus. Pourquoi veinard me demanderas-tu ? Toi tu n'as pas d'enfant. Sinon tu saurais que les vacances de Noël sont les pires. En plus cette année elle démarrent une semaine COMPLETE avant la passage du Grand-Barbu. Une semaine pendant laquelle les petits garnements vont s'en donner à cœur joie.

 

bonhomme-neige.jpeg

 

Laisse-moi te remettre dans le contexte. Voilà deux mois qu'on nous bassine avec les pubs et autres catalogues de jouets dans la boîte aux lettres. Un mois que les activités en maternelle ou chez Super Nounou ne tournent qu'autour du Grand-Barbu et autre Christmas Tree. Six semaines que les dernières vacances sont passées, que les journées raccourcissent. Autant de raisons pour lesquelles nos bambins sont claqués, lessivés, et bien évidemment supra excités à l'approche du jour divin. Autant te dire qu'ils sont insupportables en fait. Voilà c'est ça, ils sont chiants, au summum de la chiantitude même.



Et moi, rien que de penser à cette semaine qui m'attend, je regrette presque le temps où je n'avais pas assez de congés et que je devais confier mes p'tits loups à leurs grands-parents. En vrai je pourrais le faire quand même. Mais bon, comme disent les nullipares qui nous entendent (trop) souvent râler, nous multipares :

« Si t'as fait des gosses c'est pour les assumer, non ? »

Alors j'assume. Pour le meilleur et pour le pire. Ah ben tiens, ça s'applique aussi aux enfants ça, pourtant j'ai rien signé dans ce sens là, moi ?!


Bon d'accord, j’arrête de faire mon Caliméro. Je les ai voulu, attendu, pondu. Ils sont mon bonheur et ma fatigue. Mon Eden et ma (petite) croix. Mon paradis et mon (mini) enfer.


A moi de mettre toutes les chances de mon côté pour que cette semaine soit plus rires que pleurs. Pour ça, il me faut des plans. Ben oui, souviens-toi, je suis devenue fine stratège à force. J'ai quelques recettes sous la main. Anticiper, programmer, organiser, c'est tout moi ça.

 

Au menu de cette semaine de folie, nous aurons donc dans le désordre et selon nos envies :

  • préparation de petits gâteaux de noël (avec gourmandise)

  • pâte à modeler (sans modération)

  • coloriages (multicolores)

  • dessins animés (avec parcimonie)

  • confection de décorations de Noël (repositionnables pour fenêtres et miroirs)

  • lectures et chansons (à gogo)

  • jeux sur ordi (si et seulement si la sagesse le permet)

  • siestes réparatrices (imposées)

  • parties de courses-poursuites endiablées (dans la neige ou dans les feuilles)

  • chocolat chaud et madeleines pour le goûter (voire crêpes, s'ils s'avèrent adorables)

  • bataille de coussins (sans bleu ni bosse si possible)

  • cabane sous les draps (au petit matin)

  • jeux de société (sans mauvais joueur, c'est pas gagné)


Et encore, c'est sans compter les innombrables disputes, bisous, colères, fous-rire, larmes, réconciliations, inventions, complicités et autres moments Milka qui nous attendent.


Nous aurons alors tous bien mérités de partir en vacances pour aller ouvrir nos cadeaux au coin d'un feu, dans un grand châlet, entourés des nôtres. Puis d'aller profiter de quelques jours de congés, juste nous quatre, pendant lesquels, peut-être, les activités aquatiques et de plein-air nous permettront, éventuellement, de savourer une petite grasse matinée ?! Qui sait, tout peut arriver en cette période de fête, et ce serait un très beau cadeau !



Et toi, tu crises ou tu ries avec tes mômes (ou avec tes chats) ?

Retour à l'accueil