sac-lourd.jpg

 

Voilà un truc pour lequel pères et mères ne sont pas sur un pied d'égalité : les conséquences de nos actes sur notre descendance.



Comme je le faisais remarquer dans mon dernier billet quand un enfant va mal, c'est forcément de la faute de sa mère, n'est-il pas ? Je parle bien sûr du point de vue du psy. Pour autant les lacunes maternelles ne sont pas nécessairement conscientes, elles sont même habituellement inconscientes. Donc une fois passé un certain nombre d'heures sur le canapé dudit spécialiste, au point qu'il ne te reste plus qu'un œil pour pleurer (tu auras vendu l'autre pour finir ta thérapie), puisque ta mère ne savait pas, ne se rendait pas compte, et ben tu peux même pas lui en vouloir ! Pas la peine d'aller essayer de lui expliquer, elle a sa propre version des choses, à mille lieux de la tienne.



Bref, le sujet n'est pas ma mère, elle et moi allons très bien je te remercie.

Par contre moi, en tant que mère, je m'inquiète ! Et ben oui, parce que moi, je sais ! Je ne peux plus feindre l'ignorance, je sais que d'une façon ou d'une autre, mes lardons vont trinquer, et ce, par ma faute, à moi toute seule !!

 

 

 

Et moi, ça, j'ai du mal à l'encaisser. Parce que OK, la mère idéale n'existe pas, et OK tout ne peut pas être parfait... Mais toutes ces interrogations et ces lectures appropriées qui m'ont éclairé sur le sujet, sont elles bonnes à jeter ? Pourquoi donc se casser la tête et essayer de donner le meilleur à nos enfants si de toutes façons ils nous le reprocheront tôt ou tard, je te le demande ?



Bon, soyons honnêtes, je suis prête à accepter leurs doléances. Et elles seront certainement justifiées, je ne suis qu'un être humain avec tous les défauts que cela suppose. Mais ce qui m'interpelle vraiment c'est de me dire que même en faisant le plus attention possible, je risque quand même de leur générer je ne sais quel sentiment ou TOC ou mal-être dont ils auront un mal fou à se débarrasser !



Et ce qui est tout simplement inadmissible, c'est que les pères sont exemptés, eux ! Genre s'ils ne sont pas de trop piètres papas, leurs descendants seront justes reconnaissants pour tous ces petits riens qu'ils auront partagés … Alors je m'insurge, qui les a portés, nourris, aimés, cajolés, changés, écoutés, consolés, engueulés, habillés, promenés et plein d'autres trucs en és ?? Il était tout seul le géniteur dans ces moment-là ??

Pff, c'trop injuste !



Et toi, tu as peur de refiler autre chose que tes miasmes à tes rejetons ?

Retour à l'accueil