Mais que se passe-t-il ? D'où vient cette absence inexpliquée qui te laisse toit lecteur, en suspens, que dis-je, en manque (ben quoi, on peut bien rêver un peu) Qu'est-il arrivé à ta Mère Lacunaire préférée pour qu'elle ne vienne plus te faire rêver marrer ?

 

Si tu savais, lecteur de mon cœur (comment ça j'en fais trop ?). On m'a empêché d'écrire, interdit l'accès à l'ordinateur. Oui tu as bien compris, j'ai été séquestrée, enfermée, torturée même. Mais je ne peux pas en parler. Non, ce ne serait pas juste pour .. enfin ce ne serait pas bien. On pourrait me lire, je pourrais avoir encore plus de problèmes. J'ai peur pour ma famille, mes enfants, tu comprends. Alors non, ne me demande pas, j'en ai déjà trop dit.


A la place, on pourrait faire comme si rien de spécial n'a eu lieu. Juste un passage à vide. Ou mieux, un passage à plein ! Ah ouai, c'est chouette ça, un passage à plein, non ? Si, allez, joue avec moi, tu vas voir ça va être sympa. Regarde, je te pose le décor.

 

vague.jpg



Les vacances au ski auraient eu un tel effet sur Mère Lacunaire, qu'elle ne serait plus tout à fait la même. En mieux. Peut-être la tramontane, ou alors la cure de victuailles savoyardes, va savoir. Quoi qu'il en soit, certaines lacunes tendraient à disparaitre. Phénomène inédit et mystérieux. La Mère Gueularde laisserait peu à peu sa place à une mère plus calme, plus cool. Plus patiente aussi, à ses heures. Prise de court, elle s'interrogerait. Est-ce que cela durerait ? Y aurait-il un revirement de situation aussi soudain qu'impétueux ? 



Bien décidée à profiter de la situation, la Mère en question surferait sur ladite vague. Elle passerait de jolis moments à regarder vivre ses bambins, à les faire rire aussi. A les écouter davantage. A les chérir. Mais sans jouer à la mère parfaite. Avec naturel et bienveillance. D'ailleurs elle ne culpabiliserait même pas de prendre du temps pour elle. Elle déchirerait ses scores sur la Wii, avalerait des bouquins, se taperait des siestes sur le canapé. Même ses sautes d'humeurs deviendraient non seulement plus rares mais aussi mieux tolérées. Pas par l'entourage qui les aurait toujours acceptées, mais par elle même. Le tout dans une sérénité toute neuve.


En soi ce ne serait pas une grande révolution. Une personne extérieure ne verrait même pas la différence avec la Mère d'avant. La nuance serait subtile. Cachée à l'intérieur. Un peu comme si une petite flamme se serait enfin allumée. Celle qu'elle n'attendrait même plus. Dire qu'elle aurait mis tout ce temps à accepter d'être une parfaite Mère Imparfaite ! Et là, comme tombé du ciel, elle découvrirait un semblant de quelque chose qui ressemblerait, à s'y méprendre, à de l'instinct ma-ter-nel. Ne plus avoir à se battre avec elle-même pour dépasser ses émotions, ses ressentis négatifs et néfastes pour ses petits. Ne plus avoir à s'interdire, à se contenir. Se laisser aller et voir que ce qui en ressortirait serait cohérent. Harmonieux.


Mais la flamme semblerait bien fragile. Un léger courant d'air, un éternuement et elle risquerait de s'éteindre. Alors elle n'oserait pas en parler. Elle garderait tout ça pour elle et en apprécierait chaque instant. Elle resterait dans cet espèce de cocon, hibernerait un moment histoire de vérifier que ce ne serait pas qu'un rêve. Elle espèrerait secrètement que cette maman-là resterait bien sagement là où elle était. Que ce serait un sacré pied de nez à la vie, si tout cela pouvait être vrai.

 


Avoue que ça à quand même plus de gueule qu'un énième fait divers sordide et sans intérêt, non ?


Retour à l'accueil