L'entendre se lever et rejoindre son frère pour rester là, près de lui, sans plainte, sans râle. Lui souffler à l'oreille que c'est un jour particulier et écouter, amusée, la réaction du Bonhomme de trois ans « Mais c'est vrai, c'est ton anniversaire aujourd'hui ! Bon anniversaire alors ! » (dommage que je ne puisse pas mettre la version audio, je ne peux pas retranscrire son enthousiasme et sa fraicheur).

 

L'embrasser et lui dire à mon tour la phrase du jour, et déceler dans yeux les étoiles qui pétillent.

 

L'écouter quémander un dessin-animé supplémentaire, immuable tentative, dans une intonation particulièrement douce qui détonne de la plainte habituelle.

 

La voir rire de se tromper de chaise pour avaler son petit-déjeuner.


Toni Blay / Kids Photos / CC BY-NC-ND

 

Constater qu'elle se creuse les méninges pour trouver une solution à une situation conflictuelle. Trouver à deux la fameuse idée lumineuse qui nous permettra d'atteindre l'issue sans perdante .

 

Confirmer que j'ai eu raison de lui faire confiance.

Mesurer à quel point elle assume les responsabilités confiées.

 

Découvrir sa joie non mesurée face à de simplissimes repas préparés spécialement pour lui faire plaisir (steak haché + pâtes le midi, épinards + toasts aux Picodon le soir, pourquoi se compliquer la tâche ?!).

 

Percevoir son impatience d'aller enfin se faire percer les oreilles tout en devant attendre le retour du père aimé. S'inquiéter de la douleur qu'elle éprouverait et être finalement soulagée d'apprendre qu'il n'en fut rien. Admirer ses lobes percés et ses boucles choisies sans aucune aide, et à travers eux, sa confiance en elle.

 

Être récompensée de la suée prise lors de la décoration du gâteau par ses « Il est trop beau ! Il est trop bon ! ».

 

Être apaisée par cette journée ensoleillée grâce à son sourire inégalé et indécrochable.

 

 

Comprendre finalement la définition de l'âge de raison. Et espérer qu'il durera toute une année.

 

 

 

Retour à l'accueil