On est mercredi, la journée des enfants. Il est exactement 12h23 mais on se croirait deux heures plus tard. Le repas est en cours de digestion, Bonhomme pionce profondément (du moins j'espère) pendant que Choupette dévore un dessin animé.

 

Mais que se passe-t-il ? Dans quel crevasse spatio-temporelle sommes nous tombés ? Non, en fait c'est une ruse. Mère Lacunaire est diabolique.

Mais Mère Lacunaire est fatiguée de sa matinée. Pourtant dès le réveil (trop matinal), je m'étais conditionnée pour être au top. Une matinée consacrée aux loulous, un début d'après-midi au calme. Tout était organisé pour qu'ils soient au mieux de leur forme. Parce qu'aujourd'hui c'est le jour J. La fête de noël du boulot. Ma première dans ce boulot. Il s'agit d'être au top, de montrer que derrière la working woman se cache la génialissime mum. Ben oui, tu comprends, ils ne savent pas, eux, que je suis lacunaire en maternité. Je ne l'ai pas écrit en gros sur mon CV non plus.


job-vieprivee-WEB.jpg

crédit image

 

Et là, sous prétexte d'une petite fête de noël, il faudrait qu'ils découvrent le pot au roses ?! Non, c'est pas possible. Mes enfants doivent être au top. De parfaits enfants modèles, souriants, joyeux, calmes.

Pour les deux premiers adjectifs je ne me fais pas trop de soucis. Mais pour le dernier, là ça risque d'être compliqué. Il faut dire que tous les ingrédients seront réunis pour les exciter. Des mômes dans tous les sens, un spectacle suivi d'une rencontre avec le Grand Barbu, une distribution de cadeaux ET un goûter... Comment veux-tu que des enfants en bas âge normalement constitués ne finissent pas extenués par toute cette agitation ?

 

D'où mon plan d'attaque. Bien démarrer la journée, les valoriser et les préparer à assurer. Une petite séance de préparation. Un peu comme les footballeurs qui s'isolent à Tignes 8 jours avant la coupe du monde. Tu me diras, vu les derniers résultats, je devrais m'inquiéter. Tu n'as pas tort.

 

Mais ce qui m'affole le plus, c'est que le plan ne s'est pas DU TOUT déroulé comme prévu ! J'avais annulé la séance de danse de 9h pour que Choupette puisse dormir, elle qui ne réclame que ça. Et je te le donne en mille, dès 7h30 elle était sur le pont. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais fichtre rien ! Quant à son frère, il était d'une humeur massacrante. Lui si doux et tendre d'habitude, il a passé sa matinée à accumuler les bêtises en tous genre, m'obligeant même à sortir de la douche pleine de shampoing pour éviter la catastrophe...

 

Le passage express au supermarché fut également courroné de succès. Toutes les règles de base ont été baffouées. La grande n'a cessé de réclamer tel paquet de gâteaux, tels fruits au sirop, m'empêchant de me concentrer sur les 3 articles qu'il me fallait. Et, cerise sur le râteau, enfin sur le gâteau, nous avons eu droit à une jolie colère au supermarché aussi. Mister ne voulait plus rendre le mini-caddie ! J'adore ce genre de situation, quand ton enfant sort son arme secrète, le cri-qui-tue, qui te fout la grosse honte devant les commerçants, qui sont aussi tes voisins, sinon ce ne serait pas drôle. Mais j'ai réussi à prendre sur moi, à garder mon calme. Par contre ils ont senti leur douleur, les chérubins diaboliques, une fois arrivés à la voiture. Ben ouai, c'est pas comme si je ne leur avais pas fait répéter ce qui était interdit dans un magasin juste avant de sortir de la voiture.


Bon, je te rassure, je ne les ai pas atomisé. Juste puni. Leur promettant que s'ils ne restaient pas sagement chacun dans leur chambre, le pestacle serait annulé. Oui je sais, c'est bas, c'est petit, mais j'ai préféré jouer cette carte plutôt que de succomber à la tentation de les mettre au bain-marie. Et figure-toi que la menace fût efficace, même s'il a fallu quand même trouver quelques ajustements. Sinon ce ne serait pas drôle.

 

 

Pour l'heure, la mission fut semée d'embuches, mais réussie semble-t-il. Le calme est revenu dans la demeure. Même si j'ai du m'interrompre par deux fois dans la présente écriture. Pour recoucher mon fils, et pour faire comprendre à ma fille qu'elle était suffisamment grande pour se trouver une activité.

 

 

Bon ben, je vais pas m'éterniser à te raconter ma life, il me reste moins d'une heure pour me rendre présentable, faire disparaître ce foutu mal de tête et me préparer psychologiquement à l'évènement qui va suivre. C'est pas gagné. Heureusement, demain je suis off, je pourrais me remettre de mes émotions. Ce qui permettra peut-être à mes collègues d'oublier la déplorable image de maman que je risque de leur montrer.


Je vais au moins essayer de ne pas crier, mais je ne promets rien.

 

Et toi, un bon mercredi ?


Retour à l'accueil