Tout le monde semble admirer le sommeil des nouveaux-nés ... Si tu es parent comme moi, tu sais bien ce que cela suppose. Oui, un bébé qui dort profondément, ça ressemble à ça :

 

P5230023

 

Seulement on oublie souvent de préciser qu'il nous aura fallu trois plombes pour arriver à ce résultat, à faire les cent pas dans le séjour. Et bien sûr, sans lumière et sans bruit pour ne pas déranger NumberOne qui a un sommeil ultra léger et ne supporte pas un rayon de lumière sous la porte.

 

L'autre détail qu'on oublie de mentionner (futurs parents, si tu veux rester dans l'illusion, passe ton chemin) c'est que cet état de béatitude du nouveau-né endormi ne dure malheureusement jamais très longtemps. Alors arrète de le regarder dormir si sagement, et file te coucher pour profiter du temps, aussi court soit-il, qui t'est imparti ! Tu me remercieras. Surtout si, comme moi, tu as besoin de ta ration quotidienne de huit heures de sommeil. Tu n'auras jamais ton compte de toutes façon, ne te leurre pas.



Petit intermède dans la rédaction de ce billet pour cause de pleurs durant la sieste... Pourtant mon dernier-né n'est plus nouveau depuis bien deux ans et demi. Quand je te dis que le sommeil il faut le prendre dès que tu peux !


Bon, c'est bien beau de râler sur les enfants, mais qu'en est-il du sommeil des grands ? Qui n'a jamais partagé son lit ou sa chambre avec un ronfleur invétéré ? Tu sais ce que ça fait, n'est-ce pas, de tomber de sommeil et de ne pas arriver à le trouver à cause du bucheron d'à côté ? Alors forcément, même si au petit matin il t'apporte le petit déj au lit, tu auras du mal à être touché par l'attention, on est d'accord.


D'ailleurs c'est typiquement masculin de ronfler. Les filles ne ronflent pas, c'est bien connu. Elles ne défèquent pas non plus d'ailleurs. Ce serait anti-sexy, on est toujours d'accord.
 

 

Par contre, nous disposons, nous les femmes (et/ou les hommes qui ne ronflent pas), d'autres atouts pour empêcher nos moitiés de rencontrer Morphée. Moi par exemple, j'avoue, j'en utilise plusieurs.


Au choix, nous avons les grincements de dents, les discussions incompréhensibles (plus rares mais tellement plus drôles), ou encore, plus original, les gratouillis contre le mur.

Oui je sais, je suis bien équipée. Mon amoureux me les énonce, parfois au matin. Mais comme il ne semble pas plus incommodé que ça, je ne cherche pas plus loin. Je sais simplement qu'en période de stress, mon sommeil est plus agité.


Ah oui, j'oubliais, je ne vous ai pas dit que régulièrement je lui piquais la couette aussi ! Surtout quand il fait bien froid. Du coup il s'enroule dedans histoire d'être sûr d'en avoir encore un bout à l'aurore. Parce que le coup de la couette, là je sens bien que ça lui pète les couilles genoux. D'autant plus, cerise sur le gâteau, que si les enfants pleurent pendant mon sommeil, je ne les entends pas. Rapport à mon chromosome Y qui se tape l'incruste parfois. Donc qui c'est qui se lève ? Ben c'est pas moi. Sauf si les pleurs se répètent et que Grandhomme finit par utiliser des boules Quinès. Là, à force, je finis par comprendre qu'il ne s'agit pas la bande-son de mon rêve. Et je me bouge les fesses.

 

Si on fait le compte, ça doit pas être super cool de dormir avec moi ... on peut donc considérer que le fait d'avoir choisi d'allaiter mes nouveaux-né et donc de ne pas avoir pu utiliser mon super pouvoir de maman-qui-n'entend-pas pendant cette période, n'est que justice. 


Pour toutes ces raisons je rends hommage à Grandhomme qui subit tout ça, et continuais même d'être d'un grand soutien pendant les nuits pourries des premiers mois de nos enfants !

 

 

C'était ma participation à la Pyjama party d'Arsinoe.

 Pyjama-Party.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et toi, t'es cool comme colocataire de lit ?


Retour à l'accueil