Tu as sûrement remarqué avec quelle facilité nos charmants bambins ont le jeu de rôles facile. Il suffit de les voir jouer en se parlant à eux-même pour les trouver tellement attendrissants ! Et lorsqu'ils expriment leurs opinions ou impressions avec tellement de naturel, sans se préoccuper de l'effet que ça peut produire, c'est déroutant non ? Agaçant parfois quand c'est « Maman t'as plein de boutons sur la figure, mais si, là ... ». Gênant avec un « Maman, pourquoi la dame elle sent pas bon ? ». Mais c'est aussi tellement bon d'entendre « Maman t'es TROP belle ! » avec les yeux écarquillés qui vont avec.


Ils sont na-tu-rels quoi !

 

Alors que nous, sous prétexte de politesse ou de politiquement correct, on retient, on transforme, on enjolive ou on déforme. Voire on se tait. Souvent. Enfin moi je me tais. Trop souvent. Pour éviter le conflit, je m'écrase, me rétrécis, mais jusqu'où ? Si ça continue je vais finir par disparaître ! Heureusement, avant d'en arriver là mon corps réagit, me fait comprendre que rien ne va plus, qu'il faut reprendre le dessus ! Que ce n'est pas moi cette petite chose timide et effacée. Mes enfants aussi me font comprendre que je deviens invivable, qu'à force de leur crier dessus ils vont finir par faire pareil - et tout le temps, parce que ne nous leurrons pas, crier ils savent faire ! Ben oui, parce qu'au final, ce sont eux qui trinquent ! Quoi de plus facile que de crier sur un enfant innocent et totalement à notre merci quand on n'arrive pas à exprimer la désapprobation, le désaccord ou le désappointement face à notre boss, nos vieux ou même notre jules …

 

C'est dans ces moments là que j'aimerais bien lâcher prise une bonne fois pour toutes !


Si tu te dis « Mais de quoi elle cause, mère lacunaire ?? », laisse-moi éclairer un peu ta lanterne. Pour moi, lâcher prise c'est un peu comme boire un petit verre, celui qui te permet de te détendre et de ne pas te focaliser sur la partie obscure de ta vie (DarkVador, sors de ce corps!). Ou quand tu prends les choses avec philosophie et zénitude plutôt que de t'énerver pour le premier petit pois qui tombe par terre … même si tu viens de passer 3h à tout récurer. Je suis sûre que tu vois mieux de quoi je parle. Non ? Bon allez d'accord, je t'aide encore un peu, mais après faut vraiment y mettre du tien, ok ?

 

Alors lâcher prise c'est aussi l'état dans lequel tu es quand tu fais le couillon avec ton gamin, quand tu fais toutes les voix des personnages de l'histoire du soir par exemple. Quand tu te surprends à regarder ton trésor de loin, que tu sais qu'il pourrait se faire mal mais que cette fois ça ne te retourne même pas le bide. Quand tu acceptes d'être interrompue toutes les 10 secondes pendant une tâche méga importante (genre l'écriture de ce billet), avec le sourire et sans avoir recours à LA phrase récurrente « Maintenant c'est chacun dans sa chambre et je veux plus vous entendre !! » (hurlée de préférence).

 

Si tu n'es pas concernée par de jolis mômes, tu peux aussi lâcher prise quand tu t'éclates sur le dancefloor alors que tu sais même pas danser, ou que tu es super crédible en Maryline Monroe alors que t'as juste horreur des déguisements. Quand tu pars dans des impros délirantes pendant l'atelier théâtre alors qu'à la base t'es grave timide et renfermé.

 

Pour certains, lâcher prise c'est une philosophie, une façon de vivre. Pour d'autres, dont je fais partie, c'est la conviction que le bonheur est là mais qu'il n'est pas si facile à atteindre. Le simple fait de se dire « mais putain, lâche prise ! » ne suffit malheureusement pas ! Reste toujours le fameux petit verre d'alcool pour s'y aider, mais je décline toute responsabilité, assumez vos actes que diable !

 

 

En tous cas moi j'ai bien lâché prise ce week-end, plus que depuis bien longtemps ! Ne pas faire cas des petits défauts maternels (de ma vieille si tu préfères), accepter de donner du temps pour les mini-nous et savoir sauter sur l'occasion de prendre du temps à 2 en namoureux. Rester zen et profiter, c'est tellement difficile à faire par moment, que là j'ai bien kiffé ma race !

 

PS : des expressions dignes d'ado se sont glissées dans mon phrasé, à croire que lâcher prise fait aussi perdre quelques années, ou quelques neurones ...

Retour à l'accueil