En bonne petite française, la bouffe est un sujet fondamental. J'aime la bonne chère mais pas seulement. As tu remarqué que lors des repas de fêtes, le thème revient souvent dans la conversation ? Non ? Ben ça doit être propre à ma famille alors. Donc quand on n'est pas à table et/ou en train de parler de plats mitonnés, on est en cuisine à préparer les-dits plats. Je te dis pas comme on s'en met plein la panse en fin d'année !



J'ai appris à cuisiner en regardant faire ma mère, puis en l'aidant. J'ai quelques madeleines de Proust en réserve et c'est donc naturellement que j'essaye d'en offrir aussi à mes enfants. Je ne suis pas une grande cuisinière mais je me débrouille. Pas de plats en sauce ni de trucs trop compliqués, mais je m'essaye souvent à des nouveautés et ce que je préfère, c'est préparer de bons desserts !



La nourriture c'est aussi un moyen de me faire aimer des mioches, tu l'auras deviné. Ou détester d'ailleurs, c'est selon. Genre si je veux les punir d'une journée où ils ont été insupportables, rien de tel qu'une soupe de légumes ! Et si je veux leur faire plaisir, forcément des pâtes, ou alors, le summum, des œufs à la coque. Surtout pour Choupette. Bonhomme, lui, préférera des saucisses. Il kiffe trop les saucisses, et est capable de faire une crise quand il n'y en a pas. Oui je sais, les enfants sont faciles à contenter. Tout ça ne demande pas une maîtrise ès cuisine. Limite avec une casserole d'eau bouillante tu t'en sortirais. Mais quand je mets les petits plats dans les grands, ils apprécient aussi. Parfois. Genre une bonne andouillette, ça le fait ! Une purée maison, je sais pas pourquoi chez Choupette ça passe pas. Ni celle en sachet d'ailleurs. Encore heureux. Par contre ils se damneraient tous deux pour un repas crêpes, même que Bonhomme il veut la spéciale : Nutella + sucre … Une idée de GrandHomme, cherche pas.



Il y a des soirs où à l'inverse, la chiantise des gnomes ayant été à son paroxysme, je rêve d'un repas calme et salvateur. Alors je prépare des trucs qui leur font plaisir. Parfois je vais même jusqu'à séparer les ingrédients d'une salade composée pour que chacun fasse le mélange qui lui convient. Mais tu sais bien, un môme chiant, ça reste un môme chiant. Il trouvera toujours un truc à redire. L’œuf est trop cuit, le pain a trop de croûte, y a plus de compotes dans le frigo … A te dégoûter d'avoir fait des efforts.



Côté desserts, ils sont difficiles mes gnomes. Comprends pas. Ils sont pourtant issus de parents hautement gourmands quand il s'agit de douceurs. Mais rien n'y fait. Sorti du traditionnel fondant au chocolat (normal, il déchire sa mère), rien n'y fait. GrandHomme et moi sommes donc contraints de nous dévouer pour finir les tartes, entremets et autres crumbles. Trop dur. C'est aussi un désastre auprès de mamy, encore hier elle a pu remballé son joli moelleux au pommes, auquel mes adorés ont préféré une vulgaire pom'potes. Comprends pas.



Pour moi cuisiner c'est un peu comme faire un cadeau. Je parle bien sûr des jours où j'ai envie de le faire ! Sinon, y a toujours un truc à réchauffer qui attend dans le frigo. Mais souvent le week-end j'aime bien remonter mes manches, me donner du mal, et me satisfaire du résultat. C'est important de s'auto-satisfaire. La préparation est toute aussi agréable que la dégustation, c'est un moment que j'apprécie. Depuis longtemps Choupette me donne des coups de main. Qui s'avèrent être plus souvent des croche-pieds. Rapport au fait qu'au lieu de gagner du temps, j'en perds. Alors je n'accepte pas toujours. Mais dans les bons jours, si je lui prépare les ingrédients et que je prends sur moi quand la farine tombe à côté du plat, c'est assez sympa ! Ce n'est pas pour ça qu'elle mangera du plat, mais elle est fière d'avoir cuisiné, comme une grande !



Les moments où je me déchire un peu, c'est forcément au moment des anniversaires. J'ai réussi quelques belles pièces pour fêter les différents balais de GrandHomme. Malheureusement, s'il a l'estomac généreux, il est sans mémoire, son estomac. Pas moyen de se rappeler ce fabuleux gâteau glacé ou cette délicieuse mousse au chocolat. Tant pis, moi je m'en souviens pour deux. Et il n'y aura qu'à les recommencer pour qu'il puisse les goûter à nouveau. Ou alors c'est une ruse de sa part, pour me voir faire toujours davantage de sucreries, le fourbe !



Aujourd'hui j'ai préparé des éclairs au chocolat :


P1010509.JPG

 

Certains sont partis chez ma voisine qui vient d'avoir son 3ème enfant, elle a bien besoin d'un peu de sucre, non ? D'autres seront pour un ami qui fête un paquet de balais. Remarque il n'en a pas besoin, il s'est goinfré tout le week-end parait-il ! Tant pis pour lui, sa femme enceinte les avalera sans se faire prier, elle ! Les derniers seront pour nous, comme ça, pour rien, juste le plaisir.
A ton avis, les gnomes ils vont aimer ??

 

Par le plus pur des hasards, ce billet est en lien avec les mercredis gourmands de Anne-Laure T.

 

Et toi, des velléités de cuisinier ? Viens nous raconter tes spécialités !



Retour à l'accueil