A l'heure où la parité tente de creuser sa place un peu partout et particulièrement dans nos vies de couples, je mets ma main au feu que dans 9 familles sur 10, lorsqu'une tête blonde se fait porter pâle c'est sa chère môman qui se dévoue pour assurer le rendez-vous chez le médecin et la convalescence qui va avec, même lorsqu'elle travaille autant que son cher et tendre ...

 

Alors je m'écrie, MAIS POURQUOI DONC ?? Où est-il mentionné que c'est un rôle particulièrement féminin de soigner et chouchouter notre progéniture agonisante ?

 

Alors Messieurs, il est de mon devoir de rectifier la vérité vraie.Si vous pensiez que c'est par plaisir ou par instinct maternelle que nous couvons nos chers petits, vous vous plantez ... Non mais c'est vrai quoi, qui prendrait réellement du plaisir à soigner les angines, grippes, varicelles et autres gastro ? Parce que vous imaginez que faire avaler un médocs dégueu, utiliser un thermomètre rectal pédiatrique ou crémer des peaux pleines de cratères - mon dieu le souvenir de la varicelle me hante encore - c'est super fun ? Et je vous épargne les détails sordides d'une bonne gastro, ne me remerciez pas.

 

Et ben non, la convalescence du gnome c'est pas un jour de congé bien sympa où on se détend les doigts de pieds et le reste, d'autant que qui dit enfant malade, dit aussi:

  • plaintes en folie de notre rejeton souffrant face auxquelles nous sommes tellemente impuissantes!  Même qu'on préfererait souffrir à sa place, pauv' bout de chou, particulièrement quand il en rajoute une couche qui nous fait douter de sa sincérité, si tu vois ce que j'veux dire ...
  • demandes multiples auxquelles nous finissons toujours par répondre, par compassion ou par faiblesse. Pourtant  la perspective du nécessaire retour en arrière après rétablissement du fiston s'annonce déjà complique  "Mais maman hier j'avais le droit de manger seulement des gâteaux / regarder tous les dessins animés que je voulais alors pourquoi pas aujourd'hui ?"

  • accumulation de fatigue eu égard au fait que chou-chéri se réveille 10 fois par nuit en sueurs alors que bizarrement il n'a aucun mal à dormir profondément en journée devant les dessins animés, pendant que nous lavons ses draps et nettoyons sa chambre pour éliminer toute bactérie récalcitrante,
  • risque de contamination exacerbé qu'il s'agit de contenir à tout prix afin d'éviter de recommencer la phase convalescence avec les autres enfants, ou pire, de tomber malade nous même, auquel cas toute l'organisation parentale est à revoir et il n'est pas sûr que notre moitié y survivrait !

 

Moi je dis, quel sens du sacrifice nous avons, Mesdames !

Mais je dis aussi  Y EN A MARRE ! Alors, à la prochaine épidémie de grippe, et si vous demandiez au père modèle qui partage votre vie (non ,pas celui-là, l'autre père, celui qui partage ton lit, faut suivre hein) pour voir comment il se débrouille lui ? Et s'il tente une excuse bidon du genre "Mais je vais quand même pas piocher dans mes congés pour une petite fièvre de rien du tout !" tenez bon, droit dans vos bottes, au nom de la parité.

 

Maintenant si comme moi votre patron adoré vous offre gracieusement des jours "Enfants malades" tandis que celui de votre amoureux s'y refuse en prévention d'une augmentation du taux d'absentéisme (le salaud), je vous suggère de faire valoir votre droit à la parité en échangeant votre rôle d'infirmière infantile contre quelques heures de ménage par semaine. Parité oblige mon chéri !

 

Vivement cet hiver !

 

Nota Bene : l'auteure est pour la paix des ménages ; elle niera avoir joué un rôle quelconque dans les disputes qui pourraient avoir lieu lors du prochain rhûme de votre progéniture. Il ne fallait pas prendre conseil auprès d'une mère lacunaire aussi, ne faites pas comme si nous n'étiez pas prévenu !

Retour à l'accueil