Tu t'es déjà demandé ce qui serait différent si tu n'étais pas le petit dernier mais l'aîné, pas le cadet mais le benjamin ? On en est tous conscients – sauf les enfants uniques, forcément - malgré ce qu'ils en pensent, nos parents ne nous ont pas tous éduqué pareil !

Plus exigeants avec l'aîné, moins autoritaire avec le dernier … je suis sûre que si tu lances la discussion pendant un repas familial à grande échelle, le calme ambiant va vite dégénérer en pugilat sympathique ! Tu me crois pas ? Alors va tester et reviens me dire. Chiche ?

Alors bon, tout ça c'est bien joli mais c'est quoi la place idéale ??

L'aîné c'est quand même celui qui fait de nous ... des parents ! Avant lui c'était seulement des adultes pouvant facilement garder un pied dans l'adolescence, sans grand souci de ce qui pouvait arriver après une soirée bien arrosée.

Un couple insouciant qui pouvait improviser un we à la mer le vendredi soir à 19h. Des travailleurs acharnés qui accumulaient les heures sup pour boucler le dossier courant en temps et en heure. Des gens charmants et discrets qu'on invitait régulièrement autour d'un barbecue ou d'une piscine. Des personnes naïves qui pensait que le bonheur résidait dans la vie à deux.

Alors l'arrivée de ce premier enfant, forcément, c'est comme un tsunami dans leur quotidien ! C'est un débordement de sentiments intenses et parfois contradictoires. C'est une explosion d'émerveillement et de questionnements. C'est le début d'une nouvelle vie, dans laquelle les choses n'ont plus la même importance, qu'on le veuille ou non. C'est le passage du couple à la famille.

Du point de vue de nouveau-né, sa position d'aîné lui confère automatiquement le rôle de 8ème  merveille du monde. Il veut de l'attention ? Qu'à cela ne tienne, il en aura à revendre ! Un papa, une maman, rien que pour lui, si seulement il savait la chance qu'il a ! Il n'y a qu'à voir la tonne de photos qui lui sont exclusivement dédiées. Encore plus à l'heure du numérique ! Pas question de rater un sourire, une gazouille, une grimace. Tout est photographié, daté, exposé, comme autant de preuves que notre progéniture est magnifique, éveillée, à croquer.

Mais faut pas se leurrer,  y a pas que des avantages à sortir du ventre maternel en pôle position. Et ben oui, ces gens qui deviennent peu à peu des parents, faut bien qu'ils trouvent leurs marques ! Et comme il n'y a rien de tel que les essais pour trouver la meilleure solution, le nouveau-né passe naturellement pour un objet expérimental idéal ! Laisser pleurer ou pas ? Y a qu'à essayer ! Manger à heure fixe ou pas ? On va tenter. Bercer ou cajoler ? Baigner ou promener ? Assis ou allongé? Couches lavables ou jetables ? Biberon ou allaitement ? ...

Tu l'auras compris, même si ce petit être ne fait que manger/dormir/pleurer/caguer, ses parents trouveront toujours un moyen de se poser mille et une questions sur le comment faire et sur les conséquences de leurs actes …

 

Plus tard, quand viendra la venue de NuméroBis, les choses vont changer, comme ça, sans prévenir. NumberOne raconte :

 

Maman qui était si câline avec moi ne peut déjà plus m'accorder autant de temps ! Paraît qu'elle est fatiguée, qu'elle doit se reposer. En plus elle est devenue inapte au portage pour cause de bidon démesuré ! Comment je fais moi pour entrer dans la baignoire ? Pour monter dans mon lit à barreaux ? Tiens, une marche fait son apparition dans la salle de bain, les barreaux du lit sont remplacés par une petite barrière!? On dirait qu'il va falloir que je me débrouille toute seule ! Pas le choix, l'autonomie c'est le seul moyen de survivre.

Une fois que bébé est né , c'est encore une autre paire de manches … le petit morveux veut s'accaparer les bras de papa et maman, leur attention et leurs sourires! En plus y pas moyen de jouer un peu avec lui, paraît qu'il est trop petit pour jouer... Mais à quoi ça sert un petit frère, je vous le demande ?! Heureusement y a un truc magique, c'est l'écharpe ! Maman y colle le moutard et on part en ballade. On va au parc, faire du toboggan et de la balançoire, et c'est comme si je retrouvais ma vie d'enfant unique ! Le Bonheur j'vous dis !

 

Et tu crois que moi, NumeroBis, j'ai une vie si rose que ça ? Détrompe-toi. A l'inverse de toi je dois partager mes parents dès la naissance. Avoir un tête-à-tête avec maman c'est quasi mission impossible. D'ailleurs déjà dans le ventre c'était pas une sinécure. Au moins je savais à quoi m'attendre, à force d'entendre Mummy Chérie crier sur ma sœurette, je me doutais bien qu'un jour ce serait mon tour! En attendant, sur les murs de la casba c'est pas ma trogne qu'on trouve en premier lieu. A croire que je fais pas partie de la famille … à droite, à gauche, que des photos à 3, j'suis jamais là... Et puis faut dire ce qui est, j'ai pas eu droit à toute le package flambant neuf, moi! Du recyclage ils ont fait, paraît que c'est à la mode. Des bavoirs déjà tâchés, des jouets déjà cassés, que des rediffusions. C'est le triste leitmotiv de ma petite vie. Sans compter que ma sœur elle est plus grande et plus forte que moi, et qu'elle en profite bien la gamine. J'te jure que dans 2 ou 3 ans, j'lui montrerai moi, qui c'est l'plus fort !

Bon d'accord, ça m'arrange bien de ne pas être tout seul. Avec elle on se marre bien par moment, surtout quand elle décide de me traîner par terre par les pieds … En y réfléchissant je suis pas sûr que ce soit sans arrière pensée, comme jeu. Mais ça m'fait rire, c'est toujours ça de pris.

 

Nan mais attend, t'as pas entendu le pire : moi je dis, si NuméroBis est arrivé, c'est forcément parce que je leur suffisais plus, aux vieux. Et pourtant c'est pas faute de leur avoir montré de quoi j'étais capable. Figures-toi que de ramener que des bonshommes-qui-sourient de l'école, et ben ça suffit pas. Faudrait peut-être que je sache aussi faire des claquettes et compter jusqu'à 100 ?! Ou alors ils en avaient marre du rose, ils se sont dit qu'avec un garçon ce serait plus sympa. Mais faut pas croire, je lâche pas le morceau moi ! Dès que je peux je m'interpose entre eux et lui, des fois qu'ils m'oublient. Et puis je fais des trucs pour attirer l'attention aussi. Un coup de marqueur sur le mur, des petites billes partout sous mon lit … Bon, faut encore que je m'améliore parce que la plupart du temps j'ai pas le bon résultat. A croire qu'ils ont décidé de me punir tout le temps à la place des câlins … C'est pas normal!

 

Elle me fait rire la sister, elle croit que c'est en désobéissant qu'elle va les avoir ! Moi j'ai trouvé mieux : je les amadoue ! Un petit sourire par ci, un éclat de rire par là, et surtout des câlins. Tout plein de câlins, ça ça marche du tonnerre ! Ah, et des bisous aussi, ça ils aiment qu'on leur mouille les joues bien comme il faut ! J'ai aussi appris à les faire rire …

 

Ah oui, les faire rire ça marche bien ça ! Y a qu'à dire un mot pour un autre et ils sont pliés en quatre ! Et puis leur montrer les nouvelles choses qu'on sait faire aussi : du vélo sans roulettes, une comptine avec les gestes, un dessin avec des paillettes … tous les trucs en « ette » en fait !

 

Comme tu vois, chez nous on ne s'ennuie pas.

A ta place !

Je ne saurais te dire ce qui se passe dans la tête des NumberTrois, NuméroFour et suivant,. Je n'ai pas d'exemplaire sous la main à observer. Donc pas de retranscription du dialogue intérieur à proposer.

 

Ce qui est sûr c'est qu'à chaque place son lot d'arnaques et de privilèges. Et quand le caractère s'en mêle, ça donne des personnalités singulières, stupéfiantes, inimitables.

 

C'est aussi pour ça qu'on les aime !

 

 

Je n'ai pas résisté à l'envie de republier ce billet qui date de septembre 2011 et qui fait écho à ma participation sur le blog collaboratif des Vendredis Intellos :  

Le rang dans la fratrie serait déterminant ?

 

Retour à l'accueil