Je ne sais plus dans quel grand film (ou quel épisode d'Ally Mc Beal) l’héroïne se rappelait de tout ce qu'elle avait vécu durant l'année écoulée (mais si tu sais, l'épisode flash-back, où tu revois plein d'épisodes passés, faute d'imagination du scénariste). Ses souvenirs lui ayant permis de rire et de pleurer, elle concluait que l'année avait été bonne. Oui je sais, c'est cucul la praline, mais je t'avais prévenu, ce n'était pas du grand cinéma. Et je raconte très mal . Bref.



Je trouve le concept amusant, alors voyons si mes souvenirs pour 2011 trahissent une belle ou une médiocre année.

masques.jpg
L'année a débuté par une fin. Celle d'une période de presque 10 ans où je bossais, que dis-je, où j'étais exploitée pour une petite PME de prestation de services. Durant un mois, j'ai pu profiter de cet état de grâce. Je disais Adieu à mes clients. Adieu à mes patrons qui n'étaient pas vraiment heureux de me voir partir (forcément, tous les « anciens » étaient déjà partis, ne restaient presque que des juniors). Adieu à mes collègues dont je n'étais pas très proche, question de génération je suppose. La supposée pression n'avait plus aucune prise sur moi, je n'étais qu'insouciance et joie.



Le mois suivant, je débarquais dans un autre monde. Plus vaste, sans client, sans pression. Je ne savais pas encore qu'ici le diplôme n'avait pas exactement la même valeur que dans ma vie d'avant. On m'avait prévenu que l'adaptation risquait d'être un peu délicate du fait du changement de planète. Et effectivement, même si on m'attendait de pied ferme, je n'ai pas tout de suite trouvé ma place. Pas tout de suite compris que c'était à moi de la définir cette place. Les premiers mois furent délicats. Je marchais sur des œufs, me demandais si le jeu en valait la chandelle. Après le soulagement de quitter mon ancien job, arrivait la désillusion de voir que le poste était loin de ce que je m'imaginais.


Heureusement, le temps a fait son œuvre, et une fois que mon moral eu touché le fond, il m'a fallu peu de choses pour remonter à la surface et nager à contre-courant. J'ai fait la connaissance de précieuses personnes, tissé des liens avec des collègues sympas, re-découvert ce que voulait dire avoir une vie sociale au boulot. Le choses n'ont ensuite fait que s'améliorer, au point qu'en fin d'année, je me sens épanouie dans mon boulot, avec plein de projets qui m'enthousiasment en prévision. J'ai donc atteint mon objectif, fixé de nombreuses années plus tôt, sur le plan pro, Yes !



Pour le perso, j'ai démarré l'année avec en tête l'intention de retrouver une certaine harmonie familiale. Après avoir fait beaucoup d'activités en solo l'année précédente, je souhaitais maintenant partager des bons moments en couple et d'autres en famille. C'était l'occasion de remettre certains trucs à plat, de retrouver de la complicité. La route fut tortueuse, inégale, et influencée par mes états-d'âme qui n'étaient pas toujours rose, rapport à la période de doute côté pro. Mais on peut dire qu'à partir de l'automne, notre noyau familial a trouvé son rythme de croisière. Des parents amoureux, des enfants épanouis, des rires, des moments milka. Yes !



J'ai vraiment la sensation que l'année 2011 a été une année charnière entre un train-train quotidien dans lequel j'étais immergée, et la reprise des rênes de ma vie, avec bon nombre de projets et de rêves en devenir. Une année parfois douloureuse, mais dans laquelle je me suis sentie plus vivante que jamais. J'ai aimé me voir devenir plus féminine, plus assumée, plus proche de mes enfants, plus complice avec mon amoureux, plus extravertie, plus heureuse. Plus moi-même.



Le lancement de ce blog n'est pas pour rien dans cette éclosion, il m'a permis - et me permettra encore – de m'exprimer différemment, sur des sujets qui me tenaient à cœur, sans fausse pudeur et en toute liberté. D'assumer mes fameuses lacunes voire d'en combler quelques unes.


C'est dans cet état d'esprit positif que je compte finir l'année en beauté, et démarrer la prochaine qui s'avère déjà prometteuse. Si je dois retenir une seule chose de cette année, c'est que mon devenir est entre mes mains, et qu'il n'y a plus qu'à.



Et pour toi, c'était comment 2011 ?

Retour à l'accueil